1) Origines et stimulus quotidiens

          Après un sondage réalisé par nos soins auprès de 22 personnes, 11 filles et 11 garçons, entre 15 et 17 ans en classe de première scientifique, on se rend compte que le rire est considéré par une majorité comme source de bonheur, représenté sur notre diagramme en orange, vient ensuite le sport en bleu puis l'amour en jaune.

Tomber amoureux rend heureux. Les plus poétiques diront que cela passe par le cœur mais les plus scientifiques diront qu'en réalité cela est dû en grande partie à une réaction en chaîne du cerveau et de l'organisme.

Sans 2

 La chimie n'y est pas pour rien. En effet, il y a différentes étapes chimiques lorsque l'on tombe amoureux. Tout d'abord, l'odorat capte les phéromones de l'autre personne concernée. Les phéromones sont des substances chimiques émises par la plupart des animaux et certains végétaux, et qui agissent comme des messagers entre les individus d'une même espèce, transmettant aux autres organismes des informations qui jouent un rôle dans l'attraction sexuelle notamment.

La phényléthylamine envahit alors les cerveaux des personnes concernées. La phényléthylamine est un alcaloïde naturel jouant le rôle de neurotransmetteur et a des effets euphorisants, excitants et poussant à l’hyperactivité.

 

Molécule de Phényléthylamine (PEA) =>

 

L'action de la PEA ne s'arrête pas là. Elle libère de la dopamine, liée au système limbique, une zone du cerveau qui gère des émotions et des fonctions vitales.

Pea

La dopamine permet de renforcer certains comportements qui nous apportent du plaisir et de la satisfaction. Lorsqu'un événement est plus heureux que ce que l'on espère, la dopamine émet un signal de bonheur dont les effets euphorisants nous poussent à répéter l'expérience : c'est le circuit de la récompense.

Lorsque l'organisme ne procure plus les effets que l'on connaissait au début de la relation, que la quantité de PEA est réduite, le cerveau commence à produire d'autres hormones qui sont les endorphines.  
Les endorphines apportent le calme, soulagent la douleur et réduisent l'anxiété, elles ont la même action que la morphine. Le sentiment de bien-être qu'elles procurent se traduit par une relation affective très forte que l'on ne veut pas interrompre. C'est ce que l'on considère comme "l'amour attachement". Cette sensation de bonheur peut durer des années, si l'on passe à travers le "sevrage" de la phényléthylamine.

On voit donc que les relations amoureuses et le bonheur que procure l'amour sont de source chimique.

Intéressons-nous maintenant au sport.

Le sport est souvent reconnu pour le bien-être qu'il fournit. En effet, considéré par de nombreuses personnes comme source de bonheur, différentes hormones sont libérées. L'hormone principale est l'endorphine, parfois même appelée « hormone du bonheur ». Cette hormone sécrétée par l'hypothalamus et l'hypophyse, peut rendre dépendant du bien-être qu'il procure. En faisant de l'exercice physique, la fabrication d'endorphines augmenter jusqu'à cinq fois par rapport à la quantité normale. Souvent, les personnes dépressives ou les personnes en cours de sevrage (de l'alcool ou de la cigarette par exemple), se voient conseiller une pratique régulière du sport car ceci augmente naturellement la production d'endorphines, comblant ainsi le manque de cette hormone. Chaque sport a également ses vertus et ses hormones : après un jogging il y aura une sécrétion de béta-endorphines, aux vertus apaisantes et antalgiques, après des sports d'endurance, tels que la natation, le vélo ou le ski de fond, des endorphinogènes seront libérées. Lors de la pratique de sports extrêmes, procurant des « sensations fortes », une grande quantité d'adrénaline et de noradrénaline, les hormones du stress, sera produite. Les muscles et le cerveau seront soudain mieux irrigués comme si la mort était proche.

Après un effort important, le sportif aura alors une sensation enivrante de toute puissance, de liberté, voire d'invincibilité : tout cela est dû à une sécrétion de dopamine à haute dose.

Après certaines études, on se rend compte que la pratique du sport, chez les personnes dépressives, d'au minimum 30 minutes par jour a un effet plus bénéfique que de suivre un traitement avec anti-dépresseurs.

 

 

Le bonheur passe aussi par notre assiette. Certains aliments ont, en effet, des vertus plus efficaces que certains anti-dépresseurs. Dans le tableau ci-dessous, nous avons classé les principaux aliments qui « nous font du bien » en fonction de leurs propriétés.

 

Aliment

Apport(s)

Action(s)

Poissons Gras (saumon, maquereau,...), noix

Oméga 3

Uridine

Aussi efficace que certains antidépresseurs selon des chercheurs de l’Université Harvard 

 

Epinards, asperges, brocoli

Vitamine B9 (acide folique)

Régulariser la sérotonine

Riz, pain, pâtes

Hydrates de carbone

Augmenter la production de sérotonine

Fruits citrins (pamplemousse, orange)

Acide folique

Vitamine C

Nécessaire à la production de sérotonine

Production d'insuline

Chocolat

Caféine

Phénylétilamines

Production d'endorphines

          Le chocolat est connu pour ses bienfaits, tout en restant raisonnable bien évidemment.

 

Tout d’abord, le chocolat agit positivement sur notre santé car c’est un objet de gourmandise et de satisfaction. Il procure à la fois un plaisir visuel, olfactif, et bien évidement gustatif. Tout ceci ne cesse d'activer le circuit du plaisir dans le cerveau provoquant ainsi une sécrétion d’endorphines à l’effet euphorisant et calmant. Selon une étude, le chocolat contient de l’anandamide (neurotransmetteur cannabinoïde endogène présent dans l'organisme, en particulier dans le cerveau) qui provoque des effets comparables à ceux que produit le cannabis. Cette étude divise parmi les chercheurs car pour ressentir les effets du cannabis, il faudrait consommer au moins 12 kg par jour de chocolat...

 

Le chocolat aurait aussi des effets antidépresseurs liés à certaines substances chimiques comme la théobromine, la caféine, la phényléthylamine et la sérotonine. Ayant un rôle dynamisant et euphorisant, elles stimulent le système nerveux central, améliorant ainsi les performances musculaires, les réflexes et lutte contre le stress.

Manger du chocolat participe donc à notre bonheur, tout en consommant avec modération !

                   Le rire est indispensable pour vivre heureux. Les moines bouddhistes l'on bien compris en rendant le rire obligatoire chaque matin pour leur procurer sérénité et bonheur pour le reste de la journée.

           Aujourd'hui, le rire est utilisé à des fins thérapeutiques. En effet, des personnes vont dans les hôpitaux pour faire rire les enfants malades. Le rire est à la fois un anti-douleur puissant et un anti-stress. Il peut être considéré comme anti-douleur puissant. Effectivement, la douleur est souvent accompagnée de tensions musculaires. Rire permet de détendre ces tensions grâce à l'action du système parasympathique, faisant ainsi oublier voire disparaître la douleur. Le rire stimule également la production cérébrale d'adrénaline et de noradrénaline, qui augmente, renforçant la production d’endorphines. Avec le rire le taux d'endorphine augmente, grâce à cela la douleur diminue, puis cesse. L'adrénaline et la noradrénaline jouent un rôle important dans le processus inflammatoire : plus leur taux augmente, plus elles permettent de lutter contre l’inflammation. Les douleurs inflammatoires sont réduites naturellement...

Rire

Rire pour lutter contre le stress, c'est efficace. Il nuance les actions du système sympathique et parasympathique. En effet, le système parasympathique est dominant en majorité, provoquant un ralentissement du cœur, un relâchement des vaisseaux et une détente musculaire.

 

Le rire amène l'hypothalamus à sécréter des endorphines. Les endorphines apaisent le corps et apportent un bien-être en réduisant les excès d'adrénaline et de cortisol (hormone secrétée par le cortex de la glande surrénale à partir du cholestérol ; hormone mise en jeu lors du stress).

 

Le rire a également de nombreuses vertus que nous ne pouvons résumer en quelques pages...

        Le bonheur est donc dû à de nombreux stimulus quotidiens qui les uns comme les autres provoquent des réactions dans notre organisme. Tout ces stimilus sont indispensables pour nous rendre heureux... Que seraient nos vies sans rire, sans sport ou encore sans ces petites choses qui embellissent notre quotidien ?

          Cependant, certaines choses qui nous rendent heureux peuvent nous faire devenir rapidement dépendant...

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site